Menu icoMenu232White icoCross32White

La plateforme (En cours de réalisation)

La plateforme est un bouquet de service mesurant dans un premier temps l’éloignement géographique de la personne vis-à-vis d’employeurs potentiels. A l’aide d’un logiciel SIG des scénarios sont élaborés afin d’étudier différentes possibilités de déplacements (modes actifs, train, bus, covoiturage…) Des séances de formation à la mobilité sont proposées ainsi que des entraînements spécifiques aux habiletés sociales afin de mener des accompagnements en situation réelle. Le covoiturage sera un mode de déplacement privilégié. 

Le dispositif s’appuie sur une ressource bénévole sur le territoire qui par différents moyens d’action permettra à différentes personnes isolées d’accéder à différents services publics, au système de santé et à la vie sociale. Le transport d’utilité sociale fait partie d’une offre de service proposée pour un public plus large que les personnes avec autisme.

 

Lever un frein à l'insertion professionnelle

La mobilité est un facteur déterminant dans un parcours d’insertion socioprofessionnelle. Une personne en insertion sur deux a déjà refusé un travail ou une formation pour des problèmes de mobilité, 28% ont même abandonné un travail ou une formation en cours. Chez les employeurs, 41% ont rencontré des difficultés à pourvoir un poste et pour 59%, un candidat a refusé une embauche suite à des problèmes de mobilité. Moins de mobilité, plus de vulnérabilités

Pourquoi ? Parce que les personnes en difficultés sociales et professionnelles ont moins de solutions de mobilité à leur disposition. La moitié d’entre elles n’ont pas le permis de conduire, deux-tiers n’ont pas de véhicule. Ces personnes recourent beaucoup à la marche, et quand elles le peuvent, aux transports en commun. 28% ne disposent d’aucun moyen pour se déplacer.

 

Pour les personnes avec autisme

Et pour les personnes avec autisme

L’autisme est un trouble neuro-développemental qui affecte le fonctionnement du cerveau et les perceptions sensorielles, entrainant des difficultés de communication et des difficultés dans les interactions sociales. Occuper un emploi est identifié comme un important vecteur de participation sociale ayant entre autres, un effet positif sur l’estime de soi.

Toutefois, bien que nombre de personnes avec autisme présentent une variété de compétences leur permettant de progresser et d’envisager une activité professionnelle, les rares statistiques disponibles sur l’autisme soulignent qu’à peine 5% des adultes autistes ont un emploi. Ce quasi-inemploi s’explique entre autres :

-a) Par les difficultés que ces personnes rencontrent dans les interactions sociales, la communication sociale et l’imagination sociale. Le Centre de Ressource Autisme de Bretagne identifie l’enseignement des habiletés sociales comme l’un des principaux enjeux de l’accompagnement vers l’emploi.

-b) Par le manque d’information ou de fausses idées des employeurs sur les compétences des travailleurs autistes.

- c) Par un empêchement de mobilité

Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus